6ème Dhatu : le Majja Dhatu

Le majja dhatu signifie moëlle en sanskrit.Tout le système nerveux fait partie de majja dhatu. Sa pleine santé apporte rapidité, habileté et perspicacité. Les éléments principaux de majja dhatu sont l’air et l’eau. Les upadhatus sont la moëlle, les membranes oculaires et les larmes (d’émotion). Les autres sécrétions oculaires sont les malas.

Principes du majja dhatu

La santé du majja est dépendante de l’état du majjagni qui réside dans le majja dhara kala c’est à dire dans la membrane qui retient la moelle.

Les influences des doshas sur l’agni reposent sur leurs singularités. Vata rend l’agni fluctuant, Pitta augmente sa force et Kapha le ralentit. Le feu de l’agni détermine la qualité et la quantité des tissus créés de la moelle.

Lorsque kapha dérègle le majja dhatu s’ensuit une production excessive des tissus mais de mauvaise qualité. Le système nerveux se densifie et se solidifie ralentissant les impulsions nerveuses (prana). Notre esprit lui aussi est impacté. La prise de décision est plus lente et les récepteurs nerveux tardent à répondre. Si Kapha augmente démesurément, la circulation nerveuse peut se stopper.

Lorsque Pitta déséquilibre le majja dhatu la formation des tissus est réduite mais le tissu créé est, lui, d’une très bonne qualité. Le prana qui désigne la force vitale se déplace facilement dans le système nerveux. Le temps d’analyse de l’information et de réaction sont alors très rapides. Cependant si Pitta augmente trop fortement les risques d’inflammations et de brûlures apparaissent, tout en augmentant le métabolisme. 

Un métabolisme qui augmente trop fortement épuise les structures protégeant le système nerveux, par exemple la sclère ou les gaines de myéline. Le cerveau peut lui aussi être affecté. La destruction de structures neurologiques peut provoquer des désordres comme la maladie de Parkinson ou d’autres pathologies démentielles.

En cas de dérèglement du Vata, la formation des tissus est aléatoire et irrégulière. Les tissus formés sont fragiles. Le prana se déplace alors de façon dégénérative car les fonctions stabilisant le système nerveux diminuent. Les effets sont immédiats pouvant même s’avérer dangereux. 

Le premier risque est l’hyperactivité ou l’hypoactivité (activité trop faible). Nous pouvons également ressentir des pulsions via par exemple des tics, des sursauts ou des tremblements. Un déséquilibre prolongé peut même être mortel de par la destruction des tissus nerveux. 

D’un point de vue psychologique, le majja dhatu nous procure notre sentiment d’accomplissement personnel. Il remplit notre vide existentiel. Aussi, si notre majja vient à manquer, nous ressentons ce vertige d’une vie morne et dénuée de sens. Nous croyons que nous stagnons et n’enrichissons ni nos vies, ni celle des autres. La conséquence tendant vers l’immobilisme et la perte de toute motivation.

Comment vérifier l’état de son majja dhatu ?

L’état du majja s’analyse de plusieurs manières. Il est vrai que les nerfs ne sont d’ordinaire pas visibles, mais leur bon fonctionnement peut se tester. Notamment grâce aux pratiques neurologiques occidentales.

Sans la médecine occidentale, la santé du majja s’observe via les dépôts des yeux le matin (la chassie), la couleur de la sclère et la clarté générale de l’œil. Une chassie sèche et croûteuse témoigne d’un déséquilibre du Vata, une quantité importante et visqueuse est le signe d’un déséquilibre du Kapha. Enfin, si la chassie est jaune et légèrement visqueuse, cela signifie qu’il y a une perturbation du Pitta.

Soins du majja dhatu

Le soin du système nerveux est très particulier car il est moins sensible à l’alimentation que les autres dhatus.

Le style de vie est la première cause de maladie et donc le premier remède contre les maladies qui touchent le cerveau. :

  • Si Vata est responsable d’un dérèglement du majja, il faut chercher du repos et du calme. Il est intéressant d’adopter un rythme de vie plus régulier, cyclique.
  • Si c’est Pitta, le repos est une clé importante tout comme l’évitement du conflit et des activités fortes en adrénaline et en intensité. Lâcher prise et prendre les choses avec plus de légèreté sont des clés pour rééquilibrer son style de vie.
  • Si c’est Kapha, il faut plus de dynamisme et d’engagement. Il convient de briser une routine et d’être plus énergique.

 

Cependant, il est tout de même possible d’influencer le système nerveux par son alimentation.

Lorsque Vata perturbe le majja, le traitement le plus efficace consiste à augmenter la quantité d’élément d’eau dans son régime. Les aliments tel que le lait sont donc fortement conseillés. En particulier si le lait est bu chaud et avec des épices. Il est déconseillé de pratiquer des activités qui demandent des mouvements importants comme la course et le tennis

Lorsque Pitta déstabilise le majja, un traitement efficace est de refroidir le dhatu en consommant des aliments doux. Le doux est à la fois frais et nourrissant. Ici aussi le lait et le ghee sont fortement recommandés pour ces caractéristiques.

Enfin, lorsque Kapha déséquilibre le majja, le traitement recommandé passe par une consommation d’aliments âcres et amères. L’objectif est d’augmenter le flux du prana tout en réduisant les qualités de l’eau. L’huile de sésame peut donc être utile. En parallèle, il est nécessaire d’augmenter son activité physique.

Pour conclure, nous pouvons donc voir que le majja dhatu est plus difficile à soigner et surveiller que les autres dhatus. Cela s’explique car le système nerveux a des influences directes sur l’ensemble de notre corps. Cependant, en adoptant un mode de vie plus calme sans pour autant entrer dans un immobilisme nous pouvons reprendre le contrôle de ce dathu.