L’Ether, ou Akasha​

L’élément « Ether », appelé en Sanskrit « Akasha » est le premier des 5 grands éléments (pancha mahabhutus). Il est régulièrement évoqué comme « espace » car il est l’essence du vide et du néant. Il est donc le lieu qui sera rempli par les 4 autres éléments et est logiquement le premier élément, à l’origine de toutes choses.

L’Ether est présent partout autour de nous, à tout moment dans notre quotidien, et est perçu via l’ouïe, sous la forme du son.

Le Son, Shabda en Sanskrit, est le Tanmatra (objet de perception associé à un des 5 éléments, chaque élément en a un) de l’Ether. Pour plus de détails sur les Tanmatras, voir la section dédiée sur la page des 5 éléments.

Sens et organe liés à l’Ether

L’ouïe est le sens lié à l’éther. La voix (la bouche) est son organe d’action, en produisant du son. Ainsi, la perte d’audition ou le mutisme s’expliquent souvent par une dégradation de l’élément éther dans le corps.

Qualités de l’Ether :

L’Ether a des qualités (Gunas) mais contrairement aux autres éléments, celles-ci existent et se définissent uniquement par l’absence de qualités opposées. Par exemple, l’éther est froid. Il est froid car il manque de chaleur, créée par le feu. L’éther est léger par l’absence de la pesanteur créée par l’eau et la terre. L’éther est immobile car il n’a pas la propulsion naturelle de l’air. L’éther est subtil car il n’a pas la présence plus visible des autres éléments.

L’éther est surtout omniprésent. Il est le fruit duquel tous les éléments proviennent. Étant donné qu’il n’a ni frontières, ni forme, l’éther n’a pas de limites. L’Ether constitue l’espace entre les matières, l’espace nécessaire à l’existence des autres matières.

Ce qui est le plus subtil et le plus difficile à percevoir dans notre existence est généralement fonction de l’élément éther. L’esprit se compose d’éther. Il est informe et presque impossible à contenir. L’éther est la source où les pensées et les émotions se construisent et s’associent.

L’Ether et le corps humain

Dans le corps, l’éther s’exprime via les espaces vides.

Les intestins, les vaisseaux sanguins, la vessie et les poumons sont des organes pleins d’éther. La croissance de l’éther dans le corps entraîne une augmentation de l’espace et une diminution de la structure. Le résultat est la destruction des tissus

La maladie de Parkinson est un exemple concret d’une situation où le vide s’introduit dans le corps là où il y avait auparavant une structure cellulaire.

La saison de l’Ether

L’Hiver est la saison de l’éther, elle commence après que les feuilles tombent et que la terre devienne stérile. La nature cherche à cette période à ce que toute chose soit plus légère que d’accoutumée. Il y a cependant un danger au fait de devenir (trop) léger pendant l’hiver. Cela explique les précautions des hommes pour stocker de la nourriture et autres biens à cette période, pour viser à ne pas manquer au moment où il n’y a plus rien.

L’Ether dans le cycle de la vie :

Sans surprise, dans le cycle de la vie, le temps de l’éther s’associe à la mort. Le corps se désintègre et les éléments s’évaporent du corps pour ne laisser place qu’à notre esprit.

Les 5 éléments